glossaire

classées dans l'ordre alphabétique, les définitions de tous les mots mystérieux qui, dans les articles, étaient pourvus d'un astérix

Photo Irena Kozelská pour Synestesis.

A

---

absolue

Le produit pure obtenu par l’extraction d’une concrète ou d’un résinoïde aux solvants volatils. La matière première la plus concentrée et la plus chère en parfumerie.

accord

L’association de plusieurs notes harmonieuses.

aldehydes

En parfumerie, on appelle ainsi en premier lieu des composés synthétiques qui donnent un aspect frais et gras au parfum, évoquant un savon floral et hespéridé crémeux. Ils existent aussi sous forme naturelle, par exemple dans le zeste des agrumes. Ils rappellent l’odeur du linge propre séchant au soleil ou celle du repassage. Ils ont été massivement utilisés pour la première fois dans le Chanel No 5. Ces compositions constituent la familles des parfums aldéhydés. Cependant, les aldéhydes ont beaucoup de variétés, à partir des floraux frais en passant par les floraux verts jusqu’aux épicés et boisés. Ils constituent une note de tête.

ambre

Un accord de notes balsamiques dont la vanilline, le benjoin, le labdanum et le musc. Créé à la fin du 19e siècle, il n’a rien à voir avec l’ambre gris ni avec la résine fossilisée des conifères appelé également “ambre”. La première composante abstraite dans l’histoire de la parfumerie. Base des parfums orientaux. Une note résineuse douce, chaude, poudrée évoquant le sucre brûlé. Une note de fond.

ambre gris

Une concrétion de l’estomac du cachalot que le cétacé rejette naturellement, le laissant flotter à la surface de la mer. On peut le trouver rarement au bord de mer. Aujourd’hui interdit pour des raisons législatives, il est substitué par un équivalent synthétique bien que l’exploitation de la concrétion ne nuit pas à l’animal. Une note résineuse aux accents tabacés, boisés, miellés et cireux rappelant l’odeur de cuir, de fourrure et des écuries, elle a en même temps une facette iodée évoquant les algues. Fixateur des notes plus volatiles. Une note de fond.

ambrés/orientaux/balsamiques (parfums)

Voir sous “orientaux/balsamiques/ambrés (parfums)”.

aquatiques (notes)

Un groupe de molécules synthétiques évoquant l’humidité. Elles apportent aux parfums plutôt une texture qu’une note olfactive. Utilisées pour reconstituer des notes de fruits à haute teneur en eau (poire), de fleurs aquatiques (lotus) ou notes vertes (herbe).

B

---

bambou

Un composé synthétique obtenu par la technique du Nature print. Une note verte et moite à l’aspect boisé.

balsamiques/orientaux/ambrés (parfums)

Voir sous “orientaux/balsamiques/ambrés (parfums)”.

baumes/résines

Un groupe de matières premières formant la base des parfums orientaux. D’où un autre nom des parfums orientaux: les balsamiques. Parfois également qualifiés de gommes. Ils ont une consistance solide, huileuse ou liquide. En font partie notamment le benjoin, le labdanum, l’olibanum/l’encens, le galbanum, la myrrhe, l’opoponax, l’élémi, le baume tolu et le baume pérou. À l’exception de galbanum, les baumes constituent une note de base.

benjoin

La résine de l’arbre de styrax (styrax benzoin), arbre tropical originaire de Sumatra et d’Indonésie, aujourd’hui répandu dans toute l’Asie du Sud. Obtenue par l’extraction aux solvants volatils, la matière première de meilleure qualité est produite par Siam, Laos et Sumatra. Elle a une odeur chaude, douce, médicamenteuse, rappelant une liqueure vanillé à la crème. Il agit comme fixateur des composantes plus volatiles. Une note de base. Du point de vue aromathérapeutique, il favorise l’apaisement psychique.

bergamote

L’huile essentielle du fruit de bergamotier (citrus aurantium bergamia) obtenue par la pression du zeste et la distillation du liquide obtenu à la vapeur d’eau. La bergamote est probablement issue du croisement entre le limettier acide (citrus aurantifolia) et l’oranger amer (citrus aurantium). 80% de la production mondiale vient de la Calabre en Italie. La bergamote est utilisée dans le thé Earl Grey. Elle fait partie des agrumes acides. Son odeur hespéridée radieuse présente des nuances évoquant les feuilles ou les fleurs d’agrumes et rappelle des zestes d’agrumes. Elle constitue une note de tête. Du point de vue aromathérapeutique, elle agit comme un antidépresseur, favorise l’apaisement psychique, rafraîchit l’esprit et réduit la fatigue psychique.

boisées (notes)

Un groupe d’essences naturelles obtenues à partir des bois (cèdre, santal, amyris, hêtre, cyprès, gaïac, acajou, oud) et des molécules synthétiques évoquant le bois (akigalawood, ambroxan, cashmeran).

bouleau

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de l’écorce de bouleau (betula alba). Une note boisée intense, âcre, douce et cuirée, évoquant la fumée et le goudron. Une note de base.

C

---

cannelle

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de l’écorce intérieure du cannelier de Ceylan (cinnamomum zeylanicum). Une note chaude, épicée, légèrement piquante aux accents doux, boisés et poudrés. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle a un effet aphrodisiaque et elle stimule le système nerveux.

cardamome

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des graines séchées de la cardamome verte (elettaria cardamomum), une grande plante herbacée cultivée en Asie du Sud. Parlant de graines, c’est la troisième épice la plus chère du monde après le safran et la vanille. En Proche Orient, elle est utilisée pour parfumer du café, en Asie du Sud pour préparer le masala chai. En parfumerie, il s’agit d’une note épicée aux accents camphrés presque résineux utilisée dans les eaux de cologne, les parfums masculins et les parfums chyprés. Elle accentue également la note thé. Elle fait partie des épices fraîches. Une note de tête.

castoréum

Sécrétion huileuse produite par des glandes animales du castor (castor fiber d’Eurasie ou castor canadensis d'Amérique du Nord). Son extraction nécessitait de tuer l'animal. Ingrédient aujourd’hui interdit et utilisé uniquement sous forme synthétique. Une odeur agressive à l'état pur mais plus douce et chaude une fois diluée. Une note goudronneuse avec un relent de résine de pin, évocatrice du cuir et de la fourrure, utilisée majoritairement dans les parfums orientaux, chypré et cuirés. Fixateur, note de base.

cèdre

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau du bois et de la sciure du cèdre de l’Atlas (cedrus atlantica). Une note boisée douce, sèche, sourde et rayonnante. Elle agit comme fixateur des notes plus volatiles. Une note de base. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’apaisement psychique, agit comme sédatif, aide à la méditation, contribue à supprimer la négativité et possède des effets aphrodisiaques.

citron

L’huile essentielle du fruit de citronnier (citrus limonum) obtenue par la pression du zeste et la distillation du liquide obtenu à la vapeur d’eau. Elle est produite notamment aux États-Unis, au Brésil, en Espagne et en Sicile. Le citron fait partie des agrumes acides. Son odeur est âpre, fraîche et pénétrante. Elle constitue une note de tête. Du point de vue aromathérapeutique, elle est stimulante.

civette

Matière première animale provenant de l’animal du même nom, une sorte de petit renard d’origine éthiopienne. On la récupérait par curetage d‘une poche proche des glandes génitales de la civette. On procédait ensuite à son extraction aux solvants volatils pour obtenir une absolue. Elle est aujourd’hui interdite et utilisée uniquement sous forme synthétique. Son odeur est très forte, lourde, fécale, "fauve", mais elle perd de son caractère agressif en dilution, et apporte une chaleur animale et sensuelle aux parfums orientaux. Fixateur, note de base.

chèvrefeuille

L’huile essentielle du chèvrefeuille (lonicera caprifolium) obtenue par la distillation à la vapeur d’eau. Une note florale capiteuse aux facettes vertes et miellées. Une note de coeur.

chyprés (parfums)

Une famille de parfums d’une construction similaire contenant de règle de la bergamote en tête et de la mousse de chêne, du labdanum et du patchouli en base.

composante

Synonyme de note ou matière première/ingrédient.

construction du parfum/pyramide olfactive

Voir “pyramide olfactive/construction du parfum”.

coriandre

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des graines de coriandre cultivée (coriandrum sativum). Elle fait partie des épices fraîches. Une note épicée camphrée, légèrement douce rappelant le zeste d’orange. Une note de tête ou de coeur. Du point de vue aromathérapeutique elle favorise la stimulation psychique et elle a un effet aphrodisiaque.

cuir

Un accord d’ingrédients synthétiques (isobutyl quinoléine...) ou naturelles (styrax, labdanum, bouleau).

cumin

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des graines de cumin (cuminum cyminum). Une note épicée douce, chaude, légèrement surette qui peut évoquer la sueur. Elle fait partie des épices chaudes. On l’utilise dans les parfums pour créer une aura charnelle comparable à l’effet des notes musquées. Pour cette raison, elle peut être polarisante. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle apporte l’apaisement et agit comme un aphrodisiaque.

D

---

E

---

EDC (eau de cologne)

Un type de concentration du parfum. L’eau de cologne contient à peu près 5% d’essences odorantes, le reste étant constitué d’alcool. C’est le parfum le moins concentré avec une tenacité et une diffusion limitées. Entre les différentes concentrations (EDC, EDT, EDP, extrait), il existe aussi fréquemment des différences de composition. Dans l’EDC, on accentue les notes les plus fraîches. C’est pourquoi elle est souvent considérée comme un produit d’hygiène approprié aux deux sexes.

Une eau de cologne est aussi un type de construction de parfum constitué de notes hespéridées en tête et aromatiques et florales en coeur, le fond étant plus varié, mais d’habitude à base de mousse de chêne, bois, notes ambrées et musc blanc.

La première eau de cologne connue a été créée en 1695 par l’italien Giovanni Paolo Feminis qui s’est installé à Cologne en Allemagne. Elle a été commercialisée sous ce nom à partir de 1716.

Les eaux de cologne modernes ont souvent une concentration plus élevée et, grâce à l’emploi des molécules synthétiques, elles ont une bonne ténacité et diffusion.

EDT (eau de toilette)

Un type de concentration de parfum. L’EDT contient à peu près 12% d’essences odorantes, le reste étant constitué d’alcool. Entre les différentes concentrations (EDC, EDT, EDP, extrait), il existe aussi fréquemment des différences de composition. Dans l’EDT, on accentue les notes plutôt fraîches.

EDP (eau de parfum)

Un type de concentration de parfum. Elle contient jusqu’à 20% d’essences odorantes, le reste étant constitué d’alcool. Par rapport aux concentrations plus faibles (l’EDC et l’EDT), ce sont des notes plus chaudes qui sont accentuées dans l’EDP.

encens

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de la résine de l’arbre à encens (boswelia sacra, boswelia carterii), originaire d’Oman et cultivé également au Yemen, en Somalie et en Inde (cette dernière espèce étant connue sous le nom d’oliban ou olibanum). Depuis l’Antiquité, l’encens est associé aux rites religieux. Au Moyen-Âge, il était considéré comme plus précieux que l’or. Il a une odeur fraîche, camphrée, évoquant la résine des conifères, le cirage pour les chaussures et, grâce à l’association aux rites religieux, aussi la pierre froide des sanctuaires. Une note de base. Fixateur des notes plus volatiles. Du point de vue aromathérapeutique, il soulage l’anxiété, la dépression et l’insomnie, il a des effets relaxants et facilite la méditation.

F

---

fasette

L’aspect du parfum différent de sa caractéristique dominante.

famille olfactive

Les parfums d’une construction équivalente donc contenant des notes similaires de tête, de coeur et de base en rapport comparable.

feuille de cassis

L’huile essentielle de la feuille de cassis (ribes nigrum) obtenue par l’extraction aux solvants volatils. Elle est produite notamment en Bourgogne. Une note verte rappelant aussi le cassis. Une note de coeur.

feuille de thé/thé vert

L’huile essentielle de la feuille de théier (camellia sinensis) à l’odeur verte et moite. Les parfumeurs reconstituent souvent la note thé à l’aide des autres matières premières, notamment de la molécule d’ionone bêta et de celle d’hédione, Cette association a été proposée pour la première fois par Jean-Claude Ellena dans Eau parfumée au thé vert de Bvlgari (1992). Une note de coeur.

feuille de tomate

Un composé synthétique évoquant l’odeur de la feuille de tomate (solanum lycopersicum). Une note verte piquante aux accents herbacés et amers rappelant aussi la tomate. Une note de tête.

feuille de violette

L’huile essentielle de la feuille de violette odorante (viola odorata) obtenue par l’extraction aux solvants volatils. Pour l’usage en parfumerie, cette dernière est cultivée notamment en France du Sud. Une note verte, terreuse et boisée rappelant aussi la fleur de violette. Note de coeur et de base.

fixateur

Une composante naturelle ou synthétique utilisée pour renforcer la stabilité des composantes plus volatiles et pour prolonger leur effet odorant.

flanker

Une nouvelle interprétation d’un parfum existant qui ressemble plus ou moins, parfois pas du tout, à l’original. Phénomène mis en place au début du 21ème siècle.

fleur d’oranger

Une absolue obtenue par l’extraction aux solvants volatils des fleurs du bigaradier/oranger amer (citrus aurantium amara). Elle est différente de “néroli” qui est une huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs d’oranger, Une note florale miellée, capiteuse, aux accents cireux, verts et poudrés rappelant l’odeur de jasmin. Elle est sensiblement plus profonde et intense que le néroli. Elle agit comme fixateur des notes plus volatiles. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise la concentration, harmonise les humeurs, a des effets apaisants et stimulants, agit comme antidépresseur et bénéficie de forts effets aphrodisiaques.

formule

La liste et le rapport des composantes du parfum.

G

---

galbanum

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de la résine issue de la racine de férule gommeuse (ferula galbaniflua), plante provenant du Moyen Orient. Elle a une odeur verte, terreuse, résineuse, assez âcre et pénétrante, évoquant les petits pois écrasés ou une gousse de petit pois. Elle est utilisée comme fixateur des notes olfactives plus volatiles, dans les accords verts chyprés et lors de la reconstitution des notes florales, par exemple la jacinthe, le narcisse ou la gardénia. Une note de tête ou de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’apaisement psychique, réduit la fatigue et facilite la méditation.

gardénia

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs de gardénia (gardenia) originaires des régions tropicales et sub-tropicales, notamment d’Extrême-Orient, Chine et Inde. Comme le jasmin, on l’ajoute traditionnellement au thé. Une note opulente, crémeuse, aux accents savonneux et verts rappelant d’abord le muguet, puis le jasmin, les champignons et l’odeur douceâtre de pourriture. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle améliore la qualité du sommeil, soulage les dépressions et favorise l’apaisement psychique.

genièvre

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fruits du genévrier commun (juniperus communis). Elle fait partie des épices fraîches. Une note épicée évoquant l’odeur des aiguilles de conifères. Une note de tête ou de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’apaisement et la stimulation psychique.

gentiane

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des rhizomes de la gentiane jaune (gentiana lutea), plante herbacée apparentée à la gentiane alpine, plus connue, aux fleurs bleues (gentiana alpina). Une note florale aromatique aux accents amers, musqués et miellés rappelant également l’anis. Une note de coeur.

gingembre

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des rhizomes du gingembre (zingiber officinalis). Une note épicée chaude et piquante évoquant un savon à la rose et aux agrumes. Elle fait partie des épices chaudes. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’affirmation de la volonté et l’assurance et contribue à la vitalité.

H

---

herbe

Un groupe de molécules synthétiques (cis-2-hexénal, cis-3-hexénol, acétate de hexényle) proches de la molécule du cis-3-hexénal dégagée par l’herbe lors de l’attaque par les insectes nuisibles. Comparée à cette dernière, leur odeur est plus stable. Une note de tête.

I

---

iris

Le beurre d’iris est obtenu par la distillation des rhizomes d’iris (iris pallida, iris germanica) cultivé notamment dans la région de Florence en Italie. L’une des matières premières les plus onéreuses en parfumerie car les rendements sont extrêmement faibles et les rhizomes doivent sécher pendant trois ans avant d’être distillés. À partir d’une tonne de rhizomes, on obtient à peu près 2 kg de matière première traitée. Son odeur est délicatement poudrée, avec les aspects évoquant la paille et les violettes ou, également, de l’aspirine. Une note de base.

J

---

jasmin

L’absolue obtenue par l’extraction aux solvants volatils des fleurs de l’arbuste de jasmin (jasminum grandiflorum), originaire de l’Europe du Sud et de l’Afrique du Nord. Une odeur fleurie douce, narcotique, grasse, sensuelle, presque animale, avec des accents charnus et fruités. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, il soulage l’anxiété, agit comme antidépresseur, apporte de l’optimisme et de la confiance en soi et il a des effets légèrement aphrodisiaques.

K

---

L

---

labdanum

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau de la résine naturelle, des feuilles et des branches du ciste porte-laudanum ou ciste à gomme (cistus ladaniferus). Une note résineuse et mielleuse. Du point de vue aromathérapéutique, elle apaise, agit comme aphrodisiaque et favorise la méditation.

lavande

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs et des feuilles de la lavande officinale (lavandula angustifolia), traditionnellement cultivée en Provence. Une intense note herbacée et florale, aux accents douceâtres, boisés et camphrés. Une note de tête et de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’apaisement et la stimulation psychique et apaise les maux de tête.

limette

L’huile essentielle du fruit de limettier acide (citrus aurantifolia) obtenue par la pression du zeste et la distillation du liquide obtenu à la vapeur d’eau. La limette, appelée aussi citron vert, fait partie des agrumes acides. Comparée au citron, son odeur est plus douce et plus pétillante. Elle constitue une note de tête. Du point de vue aromathérapeutique, son odeur est stimulante.

M

---

melon

Une note synthétique évoquant l’odeur douce et aqueuse du melon. Une note de tête.

mousse de chêne

L’extrait pure (ou l’absolue) de la mousse de chêne (evernia prunastri), un lichen affectionnant les écorces d’arbres, obtenue par l’extraction aux solvants volatils. La base des accords chyprés. Elle a une odeur très complexe, légèrement fumée, terreuse, subtilement salée rappelant le moisi, les champignons et les algues. Elle sert de fixateur des notes plus volatiles et constitue une note de base. Du point de vue aromathérapeutique, elle agit comme antidépresseur et favorise l’apaisement psychique.

muguet

Il est impossible d’obtenir l’essence naturelle du muguet de mai (convallaria maialis) faute de faible rendements, la note est donc reconstituée à l’aide des éléments synthétiques, notamment de la molécule d’hydroxycitronellal découvert en 1908. Une note florale verte, aigue, perçante. Une note de coeur.

N

---

Nature print

Une technique de capture et de reproduction des odeurs naturelles par l’intermédiaire de la chromatographie gazeuse, permettant de séparer des molécules contenues dans un échantillon, et de la spectrométrie de masse, permettant d’établir sa composition élémentaire.

néroli

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs du bigaradier/oranger amer (citrus aurantium amara). Il est différent de la composante appelée “fleur d’oranger” qui est une absolue obtenue par l’extraction aux solvants volatils. Une note florale romantique, mielleuse, légèrement amère rappelant l’orange et son zeste. Plus fraîche que l’absolue. Une note de tête. Son nom vient de la princesse Anne Marie Orsini, duchesse de Bracciano et de Nerola qui, dans les années 80 du 17e siècle utilisait cette essence pour parfumer son bain et ses gants. Du point de vue aromathérapeutique, il favorise la concentration, harmonise les humeurs, aide à l’apaisement et à la stimulation psychique, agit comme antidépresseur et a de fortes propriétés aphrodisiaques.

nez

Synonyme de parfumeur.

note

L’odeur d’une composante de parfum.

O

---

orientaux/balsamiques/ambrés (parfums)

Un groupe de parfums dominé par les notes balsamiques/résineuses (voir sous “baume/résines“). Jusqu’à la fin du 19e siècle, leur base a été préparée notamment à partir de l’ambre gris, depuis le début du 20e siècle à partir d’un accord résineux appelé “ambre” qui, néanmoins, représente plutôt une note à part que l’imitation de la matière première citée en premier. Shalimar (Guerlain), lancé en 1925, est le plus ancien parfum de ce groupe toujours en production.

P

---

pamplemousse

L’huile essentielle du fruit de pamplemoussier (citrus paradisi) obtenue par la pression à froid du zeste et la distillation du liquide obtenu à la vapeur d’eau. Le pamplemoussier a été découvert sur l’île de Barbados aux Caraïbes et il s’agit d’un croisement entre l’oranger (citrus sinensis) et le pomélo (citrus maxima). Une note fraîche douce amère aux accents verts et soufrés, une note de tête. Du point de vue aromathérapeutique, elle favorise l’apaisement et la stimulation psychiques.

patchouli

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des feuilles séchées et fermentées du patchouli (pogostemon cablin), une herbe tropicale provenant d’Indonésie. Elle a une odeur complexe, douce, boisée et terreuse à l’aspect moisi, rappelant la poudre de cacao amer. Une note de base. Du point de vue aromathérapeutique, elle harmonise les humeurs et favorise la concentration et l’apaisement. Elle a également un effet aphrodisiaque.

petitgrain

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des feuilles de bigaradier ou oranger amer (citrus aurantium amara). Elle est produite notamment en France et en Afrique du Nord. Son odeur pétillante et amère présente des nuances vertes, hespéridées, florales et boisées. Il constitue une note de tête ou de coeur. C’est une composante indispensable des eaux de cologne. Du point de vue aromathérapeutique, il favorise l’apaisement psychique et il est légèrement euphorisant.

poivre

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau du fruit vert du poivrier noir (piper nigrum). Elle fait partie des épices fraîches. Une note relevée, fraîche, piquante, sèche, à l’aspect poussiéreux. Une note de coeur. Du point de vue aromaterapeutique, elle a un effet aphrodisiaque.

poivron

Un composé synthétique évoquant l’odeur verte, fraîche, légèrement épicée du poivron (capsicum annuum). Une note de tête.

pyramide olfactive/construction du parfum

La construction du parfum composée de la tête, du coeur et de la base. La tête, d’une durée de quelques minutes à deux heures, ressort en premier. Ensuite c’est le coeur, s’étendant de 2 à 10 heures, qui se développe, suivi de la base, d’un intervalle de 8 heures à plusieurs jours. Les notes de tête sont les plus fraîches et aiguës, celles de base les plus chaudes et profondes.

R

---

reformulation

Une reprise de la formule originale du parfum modifiant la liste et le rapport de ces composantes.

résines/baumes

Voir sous “baumes/résines”.

S

---

seringa

Un composé synthétique reproduisant l’odeur des fleurs de seringa (philadelphus coronatus). Une note florale capiteuse aux facettes vertes et miellées. Une note de coeur.

T

---

U

---

V

---

vanilline

La molécule la plus caractéristique de la vanille naturelle. Produite également sous forme synthétique, à partir de l’eugénol, lignine, guaïacole ou curcumine. La vanilline a été synthétisée pour la première fois en 1874 par les chimistes berlinois Wilhelm Haarmann et Ferdinand Tiemann qui l’obtiennent par l’hydrolyse et l’oxidation de la coniférine. Haarman fond ensuite, à Holzminden, la société Haarmann Vanillinfabrik, l’actuelle Symrise. En parfumerie, la vanilline a été massivement utilisée pour la première fois dans Jicky (Guerlain) en 1889. Note de base.

verts (parfums)

Les parfums qui contiennent des notes évoquant la verdure, notamment le galbanum, les herbes, les feuilles et les plantes herbacées.

vétiver

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des racines de vétiver (vetiveria zizanoides), une herbe provenant de La Réunion, de Java et de Haïti. Elle a une odeur chaude et terreuse aux aspects fumés, verts et farineux rappelant des pommes de terres cuites dans les cendres. Elle sert de fixateur des notes plus volatiles et constitue une note de base. Du point de vue aromathérapeutique, elle détend et apaise.

W

---

X

---

Y

---

ylang-ylang

L’huile essentielle obtenue par la distillation à la vapeur d’eau des fleurs provenant de l’arbre d’ylang-ylang (cananga odorata) originaire d’Asie du Sud-Est et cultivé notamment à Madagascar et aux Comores. Il existe également une huile essentielle aux propriétés très proches appelée ”cananga”. Ce dernier est néanmoins distillé à partir des autres parties de l’arbre. Le meilleur distillat, portant l’appellation “extra”, est celui provenant de la première distillation. Une note florale capiteuse, douce et cireuse dont le départ rappelle le vernis à ongles. Ensuite elle devient plus fruitée avec un aspect banane et révèle des facettes cuirées. Une note de coeur. Du point de vue aromathérapeutique, elle a des effets antidépresseurs et aphrodisiaques, apporte l’apaisement et réduit l’hypertension.

Z

---


©️ synestesis 2019

newsletter

©2019-2020 irena kozelská